Recrutement Et Tests De L Entreprise

Une très belle leçon de niveau avancé

a éclairci distinctement la ligne de la compréhension des controverses principales chez Platon. Si les idées non un avec les objets, comment ils sont impliqués par le dernier ? Dans quoi les objets s'initient aux idées entièrement et partiellement ? (La métaphysique XIII, 4, 1079 a 5 – 1079 b. En souhaitant corriger le professeur, Aristotel' à aspirer identifier l'idée avec son porteur matériel. Il raisonne comme il suit : si la raison et est bonne, à l'avis de Platon, dans le monde suprasensible même, comme à est sensuel-empirique, dans le premier nous trouverons même qu'à deuxième, c'est pourquoi les idées pas du tout doivent être isolées et indépendantes absolument, pour leur connaissance suffit les propriétés de la mentalité ordinaire, puisqu'ils font la partie organique dans la chaîne de l'unité mondiale.

critiquait la mentalité pour son aspiration à suivre l'éternité. La tâche de la mentalité comprend pour mettre fin à l'éternité, représenter le monde dans l'aspect, le schéma soumis commun raisonnable. Autrement la raison et la mentalité cognitive fondée sur lui perd le sens, (positivement). La théologie chrétienne est arrivée à la conclusion très bientôt sur ce que dans ce cas se perd la possibilité de la connaissance du Dieu comme de la raison agissant rationnellement dans le monde et le bien, comme de la raison générale morale, s'écroule la théologie rationnelle. À cet égard normatif dans la théologie classique chrétienne est devenu la nécessité de chercher la vérité, la voie du sauvetage et la vie sur les voies de l'harmonie de la foi et la raison. La raison a pris la place de l'allié égal en droits dans l'aspiration au Dieu.

En trouvant que l'être grâce au bien-fondé général est unifié, Aristotel' amène la mentalité aux positions, sans qui la connaissance rationnelle serait impossible. Il n'y a pas d'être séparé des idées-souchtchnostej et les objets sensuels. Dans le cas contraire la connaissance rationnelle de la réalité empirique perd la signification objective, puisque de l'idée-essence se trouvent en dehors de la connaissance accessible à cela. il faut comprendre d'un air intelligent-vechtchestvenno, comme la forme sensuelle de l'objet sensuel. Donc, la connaissance de la vérité, vu que son essence est déplacée définitivement à la raison humaine et est comprise comme la justesse de l'énonciation jugeant (la Métaphysique VI, 4, 1027 b, 25. ), peut et doit se fonder sur, car total (les idées) comme l'objet des jugements véritables et faux se trouve dans les objets eux-mêmes accessibles à l'analyse discursive. La connaissance est obtenue au moyen de la logique — la grammaire profonde du rationnel général!

En outre des Digues a développé en détail la doctrine sur l'émanation Commun : sur le passage de vieille date de l'essence cachée Commun (Commun à à la forme de la puissance (l'Esprit) et ensuite de la forme de la puissance à la forme de l'énergie (la Douche. Cette doctrine présente dans la première approche toutes trois hypostases : Commun dans lui-même, l'Esprit et l'Âme — de divers degrés de l'autodévoilement du même début — Commun. C'était à l'unisson chrétien à la doctrine. Certes, les hypostases la Digue sont liées par la relation de la subordination : Commun est plus haut que l'Esprit, qu'unité de plusieurs est, et l'Esprit Étrangle plus haut, qui est l'unité changé 1 Mais ces subordinations pouvaient être refaites dans la coordination, à la doctrine sur trois aspects Commun, à qui il est de vieille date de montre et découvre. Dans cette direction il y avait une étude et la transformation de la doctrine la Digue par la théologie ultérieure chrétienne.