Toutes Mes Notes De La Dissertation Juridique

5 creatures de hatha yoga

Nous remarquerons que les lignes de la matrice de contrôle de ligne ¡Ñáó¿ß¿ÙÑ. C'est pourquoi on peut utiliser la matrice de contrôle à engendrant pour l'autre code linéaire (, -k), appelé comme le double.

Qui s'appellent les équations du contrôle. De (1 il faut que les symboles de contrôle des combinaisons de code du code linéaire se forment par de diverses combinaisons linéaires Õ des symboles. Les unités à chacun j- à la ligne, entrant dans la matrice de contrôle (1, indiquent, quels symboles d'information participent à la formation J-ÈME »Ó«óÑÓ«þ¡«ú« du symbole.

Si la combinaison acceptée à coïncide avec un de permis à (cela a lieu alors, quand ou les erreurs dans les symboles acceptés manquent, ou à cause de l'action des obstacles une combinaison permise de code passe à l'autre),

Les codes continus se caractérisent par ce que les opérations et le décodage sont produites sur continu des symboles sans de celle-ci sur les blocs. Parmi ¡Ñ»ÓÑÓÙó¡ÙÕ sont plus employés les codes.

Où I - unitaire kXk, P-kX (n-k) - des symboles de contrôle, définissant les propriétés du code. La matrice donne le code systématique. On peut montrer que pour du code linéaire il y a un code équivalent systématique.

De la définition il faut que n'importe quel code linéaire (, k) les recevoir de k des combinaisons de ligne indépendantes de code de la sommation selon le module 2 dans les combinaisons variées. Initial de ligne indépendants de code s'appellent de base.

Le procès du codage peut être présenté comme la multiplication du polynôme d'entrée d'information u (D) aux polynômes engendrant du code G (j) (D), décrivent le lien des cellules du registre du codeur avec ses sorties (:

Le polynôme a la structure suivante : les premiers n-k des membres de l'ordre inférieur sont égaux au zéro, et les coefficients coïncident avec les coefficients correspondants ¿¡õ«Óᵿ«¡¡«ú« du polynôme et (). Le polynôme avec () a le degré n-k. Ainsi, dans le polynôme trouvé b (x) les coefficients à au degré n-k et coïncident plus haut avec ¿¡õ«Óᵿ«¡¡Ù par les symboles, et les coefficients aux autres membres, par le polynôme avec (), coïncident avec de contrôle. À la base des schémas amenés de la multiplication et la division on construit les encodeurs pour les codes cycliques.

Linéaire (, k) le code peut être donné »Ó«óÑÓ«þ¡«® par la matrice de la dimension (r). De plus la combinaison à appartient au code seulement dans le cas où le vecteur À à toutes les lignes de la matrice, i.e. si on accomplit l'égalité (

Les codes par blocs arrivent divisible et indivisible. Aux divisibles se rapportent les codes, à qui les symboles selon leur destination peuvent être divisés en symboles d'information portant ¿¡õ«Óᵿ sur les messages et de contrôle. Tels codes «í«¡áþáÔßn comme (n, k), où n - la longueur le code, k - le nombre des symboles d'information. Le nombre des combinaisons dans le code n'excède pas 2^k. Vers se rapportent les codes, les symboles de qui on ne peut pas diviser selon leur destination sur d'information et de contrôle.

Les méthodes veroyatnostnye du décodage sont assez complexes à la réalisation, bien qu'assurent haut. À côté d'eux appliquent largement plus simple. Pour ce but utilisent la classe, admettant le décodage liminaire.

On sait que les canaux, selon qui on transmet l'information, n'arrivent jamais pratiquement idéal (les canaux sans obstacles). À eux il y a presque toujours des obstacles. La différence seulement dans le niveau des obstacles et leur composition spectrale. Les obstacles dans les canaux se forment pour de diverses raisons, mais le résultat de leur influence sur l'information transmise toujours un – l'information se perd (s'altère).

Il est évident qu'à titre du polynôme b (x) on peut l'oeuvre a () (). Cependant de plus les symboles d'information et de contrôle se trouvent mélangés que áÔÓÒñ¡nÑÔ le procès du décodage. C'est pourquoi pratiquement on applique pour l'essentiel la méthode suivante de la présence du polynôme b (x).

Ainsi, la matrice engendrant (contient tout «íÕ«ñ¿Ò pour le codage l'information. Elle doit ÕÓá¡¿Ôýßn dans la mémoire de l'encodeur. Pour le code binaire le volume de la mémoire est égal kXn des symboles binaires. Au devoir tabulaire du code l'encodeur doit retenir

Parmi les codes divisibles distinguent linéaire et non linéaire. Aux linéaires se rapportent les codes, à qui la somme selon le module n'importe quels deux 2 mots-codes est aussi le mot-code. Le code linéaire s'appelle systématique, si les premiers k des symboles de sa n'importe quelle combinaison de code sont, autre (n - k) les symboles — de contrôle.